Agrément natation

Agrément à télécharger en cliquant sur le lien suivant : agrément vierge

Le taux d’encadrement des classes des écoles primaires nécessite pour la natation scolaire la présence d’intervenants bénévoles agréés. Ce document rappelle des points de repères importants développés lors de la réunion d’information.

  1. La natation scolaire :

L’enseignement de la natation permet de développer des compétences des programmes de l’Éducation Nationale. La finalité éducative est le développement de l’aisance dans l’eau : il s’agit pour l’élève d’apprendre à évoluer en autonomie afin d’assurer sa propre sécurité.

L’apprentissage passe par le recours aux aménagements de bassin, le travail par ateliers et la mise en œuvre d’activités ludiques.

Il y a trois grandes étapes :

1) la familiarisation : essentiellement en maternelle ou avec des CP débutants ;

2) l’accès à l’autonomie ;

3) la recherche d’efficacité : elle apparait au bout de plusieurs cycles d’apprentissage.

Les objectifs fixés dans les programmes de l’Éducation Nationale sont les suivants :

  • à la fin du Cycle 2 : se déplacer sur une quinzaine de mètres sans aide à la flottaison et sans reprise d’appui – s’immerger, se déplacer sous l’eau, se laisser flotter ;
  • à la fin du Cycle 3 : se déplacer sur une trentaine de mètres sans aide à la flottaison et sans reprise d’appui – plonger, s’immerger, se déplacer ; viser l’acquisition des compétences du savoir-nager.

Les enfants apprennent à :

1) accepter d’entrer dans l’eau ;

2) s’immerger (être mouillé, trempé, avoir de l’eau sur le visage, accepter de mettre la tête dans l’eau volontairement…) ;

3) accepter de perdre les appuis plantaires, donc de s’allonger ;

4) faire des glissées ventrales et dorsales (construire la torpille) ;

5) se déplacer ;

6) adapter sa respiration ;

7) coordonner les déplacements et la respiration.

Des activités complémentaires peuvent être proposées pour les élèves les plus à l’aise :

  • la natation synchronisée ;
  • le sauvetage ;
  • les jeux de balle vers le water-polo ;
  • la nage avec palmes.
  1. Le rôle des intervenants bénévoles titulaires d’un agrément EPS 1 :

 

Il peut

Il ne peut pas

Rappeler la consigne de l’enseignant. Être à l’initiative d’une consigne.
Aider à la conduite d’une situation en doublette avec l’enseignant. Être en autonomie avec un groupe d’élèves.
Assurer le déroulement d’un atelier sous les directives de l’enseignant. Changer de lieu de sa propre initiative.
Venir en soutien sur un groupe à la demande de l’enseignant. Remplacer un enseignant (maître ou MNS absent).

Trois domaines d’intervention sont possibles : les tâches matérielles – la sécurité – l’exécution des consignes du maître.

  1. aide aux tâches matérielles :

L’intervenant apporte son concours lors des moments de déshabillage puis d’habillage dans le vestiaire. Il cherche et installe le matériel nécessaire aux différentes situations pédagogiques autour des bassins selon l’indication de l’enseignant.

  1. aide à la sécurité :

« Chaque membre de l’équipe pédagogique participe activement à la sécurité tout au long de son activité d’enseignement ».

L’intervenant bénévole titulaire d’un agrément EPS 1 y contribue.

Les règles sont mises en place par les enseignants et partagées par tous les adultes avant la séance pour en garantir ensemble le respect par les élèves :

    • l’organisation de la séance et des groupes d’élèves dès la sortie des douches : savoir où aller, que faire, avec combien d’élèves, compter régulièrement pour s’assurer que tous les élèves sont toujours présents, s’assurer qu’un jeune élève n’aille pas seul aux toilettes ; attention : un accompagnateur bénévole ne peut se retrouver isolé avec un seul élève.
    • suivre la circulation du groupe ou de la classe autour du bassin et dans l’ensemble de l’établissement dès la sortie des douches puis pendant la séance jusqu’au retour : ne pas courir, ne pas se bousculer…
    • surveiller les signes de fatigue, les élèves qui ont froid ;
    • lorsque l’on est dans l’eau avec un groupe d’élèves, se placer à l’extérieur du groupe de manière à voir tous les élèves et ne pas en avoir dans son dos ; compter régulièrement les élèves ;
    • veiller à l’ordre présidant aux entrées dans l’eau (sauts, plongeons…) : donner l’autorisation seulement lorsque l’élève précédent est hors de portée ;
    • connaître l’emplacement des perches pour venir rapidement en aide à un élève en difficulté ;
    • porter une attention particulière au début de la séance et à la fin, être extrêmement vigilant à ces moments-là : une nouvelle séance ne peut débuter que lorsque les classes précédentes sont sorties de l’espace des bassins et des plages et que les maîtres nageurs de surveillance sont présents ;
    • la dernière personne à quitter l’espace des bassins et des plages est toujours un adulte : celui-ci, nommément désigné par l’enseignant, veille à ce qu’aucun élève ne reste présent. Aucun élève qui aurait oublié un objet au bord du bassin (lunettes, serviette…) ne peut être autorisé à le chercher seul.

L’enseignement de la natation est assuré sous la responsabilité de l’enseignant qui adapte l’organisation pédagogique, qui doit être connue de tous, à la sécurité des élèves. Il veille à présenter les enjeux pédagogiques aux intervenants. La surveillance des bassins est obligatoire pendant toute la durée de la présence des classes dans le bassin et sur les plages. Elle est assurée par un ou plusieurs titulaires d’un des diplômes conférant le titre de maître nageur sauveteur.

  1. aide à l’exécution des consignes du maître :

Il ne s’agit pas de se substituer à l’enseignant. Celui-ci est responsable du contenu pédagogique de la séance et de son organisation. Pour être plus efficace, et pour pouvoir faire évoluer les élèves à leurs niveaux qui peuvent être très divers entre un nageur et un inhibé, l’enseignant va mettre en place des ateliers, des groupes, utiliser des espaces en eau profonde ou en petit bassin, la pataugeoire… et donc avoir besoin de l’intervenant bénévole titulaire d’un agrément EPS 1 pour surveiller et pour répéter aux enfants ce qu’ils ont à faire. Ce travail de concertation entre l’intervenant et l’enseignant, qui va dire ce qu’il attend avant la séance sera garant de la réussite. L’intervenant bénévole titulaire d’un agrément EPS 1 ne peut donc pas être en autonomie avec un groupe d’élèves.

  1. Le rôle éducatif de l’intervenant bénévole titulaire d’un agrément EPS 1 :
    • inspirer confiance et ne pas transmettre ou permettre de s’installer la peur de l’eau ;
    • ne pas dramatiser un incident (boire la tasse) : prendre en compte le mal-être passager et reprendre le jeu ou l’exercice immédiatement ;
    • encourager les élèves en ayant un discours positif :

dire : « tu peux y arriver » plutôt que « c’est difficile » ;

« tiens-toi bien » plutôt que « ne lâche pas » ;

« tu peux le faire » plutôt que « n’aie pas peur » ;

« ça va aller » plutôt que « ce n’est pas grave ».

    • aider les élèves mais ne pas faire à leur place (ne pas les porter, les laisser découvrir les sensations) ;
    • faire confiance à l’enseignant : les situations proposées sont adaptées aux possibilités des élèves, y compris celles qui se déroulent dans le grand bain même pour des non-nageurs ;
    • valoriser la notion de plaisir : si c’est facile pour beaucoup d’enfants qui se réjouissent d’aller à la piscine, ce peut être une véritable épreuve pour d’autres parce qu’ils ont peur de l’eau ou qu’ils ne connaissent pas le milieu ;
    • se rappeler que l’adulte a un rôle de modèle : par exemple, prendre sa douche et mettre un bonnet de bain si l’adulte va dans l’eau comme les élèves, avoir un langage et un comportement adaptés à ceux qui ont cours à l’école, garder un devoir de réserve : l’enseignant est la seule personne habilitée à communiquer avec les autres parents d’élèves sur le déroulement des séances à la piscine, pas l’intervenant bénévole.
  1. Responsabilité :Comme pour les enseignants, la responsabilité d’un intervenant extérieur peut également être engagée si celui-ci commet une faute qui est à l’origine d’un dommage subi ou causé par un élève. L’article L. 911-4 du code de l’Éducation prévoit la substitution de la responsabilité de l’État à celle des membres de l’enseignement à l’occasion de dommages subis ou causés par les élèves. Au regard de la jurisprudence actuelle, les intervenants agréés par l’inspecteur d’académie-directeur des services départementaux de l’Éducation nationale, et en charge de l’activité sous la responsabilité des enseignants, peuvent bénéficier des mêmes dispositions protectrices.
  1. Le test d’aisance dans l’eau :

L’obtention de l’agrément est conditionnée par la réussite au test suivant :

  • sauter en eau profonde – se laisser remonter passivement ;
  • nager 25m sur le ventre – nager 25m sur le dos ;
  • réaliser un équilibre ventral – réaliser un équilibre dorsal.
  1. La validation de l’agrément :

La participation à la réunion d’information et la réussite au test d’aisance seront validées par l’inspecteur de l’éducation nationale. L’honorabilité des intervenants sera vérifiée par la Direction Académique. Le formulaire EPS 1 signé sera retourné à l’école avec un numéro d’agrément.

Agrément à télécharger en cliquant sur le lien suivant : agrément vierge

Cet agrément, valable dans tout le département du Bas-Rhin, est délivré pour une durée d’un an. Une vérification annuelle de l’honorabilité de l’intervenant pourra étendre cette durée à cinq ans.

En dernier lieu, c’est le directeur d’école qui autorise le titulaire de l’agrément à intervenir durant le temps scolaire, en veillant à ce qu’un exemplaire du projet pédagogique de la classe lui soit remis au préalable.